Archives pour juin 2010

DISSOLUTION: LA VIDEO

La vidéo du SIRPA diffusée sur la chaîne défense de Dailymotion.

http://www.dailymotion.com/video/xdtb8q

 

REFLEXION ET PISTES

Les contraintes et les objectifs d’un  escadron de réserve vont peser fortement sur son organisation.

 

Regardons ici ces contraintes et les impératifs à tenir.

 

L’escadron de réserve reçoit un contrat d’objectif de la part du chef de corps.

Elaboré avec l’Officier Adjoint Réserve et le BOI, celui-ci ci va aujourd’hui, à coup sur contenir une composante forte pour un engagement opérationnel de tout ou parti d’un peloton, voire de l’escadron. Cela peut, cela doit s’inscrire sur la durée d’un cycle.

Il conviendra donc de définir le cycle dans lequel doit s’inscrire l’activité de l’escadron

 

Il doit s’inscrire dans les contraintes du parcours normé, qui lui va durer 36 mois et rythmer par des activités imposées , un volume fixé. Ce parcours normé est mis en place par le CFT (Commandement des Forces Terrestres)

 

L’objectif d’une unité de réserve s’inscrit sur une dynamique d’arrivée et de départ de personnel.

On peut estimer que 30 personnes sont primo ESR chaque année.

Au bout de 3 ans, seul le volume d’un groupe reste vraiment actif. Cela prend en compte ceux qui sont partis, se sont engagés, sont en formation pour devenir cadre.

 

Il convient de former des cadres. L’UIR a besoin de former au moins 1 futur officier par an, hors le parcours prend 4 ans…

L’UIR a besoin de 12 chefs de groupe de combat. (Format futur 4 pelotons)

Ceci veux dire, sur une base de 20% de départ annuel: 3 par an.

Ce qui veut dire au moins 1 brigadier chef à maréchal des logis par an et au moins, 6 primo ESR par an, pouvant accéder au grade de sous-officier par an, ce qui nous en garanti au moins 2 par an formé et à même de prendre un groupe.

 

Dans les contraintes complémentaires, la durée de formation pour permettre à un personnel d’être un tant soit peu opérationnel est d’un an.

C’est seulement à ce moment qu’il pourra s’intégrer à un peloton, et éventuellement, au bout de 6 mois participer à une opération.

 

Les conclusions partielles sont donc

-       Intégration de 3 chefs de groupes par an.

-       Intégration d’1 chef de peloton par an.

-       Intégration de 30 personnels par an.

-       Pertes globales de 20 personnels par an, dont 10 sur les personnels en formation.

 

Cela représente le volume d’un peloton crée par an, mais une résultante de 1 groupe de combat disponible.

 

Une solution serait de créer un peloton de toute pièce par an, mais ce serait ignorer l’attrition que nous avons noté auparavant, d’autre part, au sein des 30 personnels recrutés annuellement, 1/3 sera parti à la fin de la première année, ou sur un parcours de cadre.

 

Aussi, il convient de faire en sorte que les 20 restants soient stabilisés, soit l’équivalent de 2 groupes.

 

Pour cela, il sera mis à disposition pour un an de 2 chefs de groupe pour faire la formation des primo ESR, au sein du peloton en charge de la formation.

 

Ces chefs de groupes prendront en compte les personnels qui devront être les leurs.

Soit environ 15 personnels par chef de groupe.

 

Ces chefs de groupes peuvent être ceux venant de terminer leur formation FIE et n’étant pas orienté vers une FIOR et ceux venant de terminer leur FA.

Outre la formation initiale, l’objectif sera pour eux de former un groupe homogène et de le fidéliser.

Ils passeront 12 mois dans le peloton de formation, avant de retourner dans leur peloton d’affectation et de pouvoir continuer à former leur personnel en instruction collective pour permettre leur qualification opérationnelle réelle (et pas simplement face à l’IM 708)

 

L’IST-C sur ces personnels sera un axe prioritaire sur cette période de 18 mois.

 

Les futurs cadres devront être mis en formation au plus tôt, et ce même au détriment de la formation des groupes de combat. Le besoin en cadre, officier, et sous-officier prime sur tout.

 

Le cycle de vie d’une formation va être très dépendant de la formation et du rythme de celle-ci

18 mois semble à priori le rythme naturel pour la réserve

-       Il correspond à 2 cycles pour le temps de commandement du CdU

-       18 mois sont aussi nécessaire pour un jeune cadre (CdS ou CdG) pour acquérir un savoir faire avant d’être engagé

-       Cette durée est à l’échelle de la capacité d’engagement d’un personnel de réserve vis-à-vis des son environnement professionnel et familial.

-       Ce rythme permet aussi de tenir à son poste un personnel avant de le faire évoluer, ou de lui faire faire les stages.

-       En 2 fois 18 mois on s’inscrira dans le parcours normé.

Eventuellement, celui-ci pourra être ramené à 16 mois, pour prendre en compte les périodes de creux d’activités

 

Considérant également qu’à priori, dans l’état actuel de l’engagement des réserves, un peloton soit impacté par l’engagement opérationnel et donc à son volume total, le volume à affecter l’est sur 2, voire 3 pelotons.

 

On peut donc estimer qu’il faut intégrer 1 groupe par peloton et par an sur le peloton .

 

Tant que le nombre de chef de groupe ne sera pas en sureffectif (soit 15 au lieu de 12), ce simple constat montre déjà la structure suivante, tant que l’escadron ne pourra pas mettre sur pied réellement 4 pelotons de combat ( Au mieux dans 3 ans)

 

-       1 peloton de commandement – 100%

-       1 peloton opérationnel (1) qui tient le contrat opérationnel de l’escadron

-       1 peloton (4) d’instruction, regroupant

o      1 instructeur IST-C

o      1 armurier

o      1 à 2 cavaliers

o      2 chef de groupe issu des pelotons de combat 2 et 3

o      Les stagiaires

Soit solution 1

-       1 peloton (2) à 3 groupes travaillant sur un cycle ses savoir faire avant de prendre le role opérationnel

-       1 peloton (3) à 1 groupe

Soit solution 2

-       2 pelotons à 2 groupes

 

Ces deux solutions sont intéressantes. Outre le choix lié à la capacité d’encadrement en chef de section, il convient de prendre en compte le fait que d’expérience, si l’on veut pouvoir engager 2 groupes à minimum en opération, il faut se préparer à en engager 4, compte tenu des différentes causes d’attrition.

 

Dans le cas de la solution 1,  1.1 on peut renforcer (1) par le groupe de (3), et/ou 1.2 jouer sur le peloton (2) pour renforcer (1).

 

Dans le cas de la solution 2, il faudra désigner un peloton comme source de renfort de (1) et donc lui faire suivre le même cycle d’instruction que (1).

 

Pour chaque solution les avantages et inconvénients sont donc

1.1

-       Avantages

o      4 groupes homogènes, et à chaque sortie création de cette homogénéité, une seule formation

o      Intégration des 2 groupes primoformés et 6 mois de travail en formation collective homogène pour un peloton

o      Réduction des différences de formation dans un seul peloton

-       Inconvénient

o      1 peloton en sommeil complet, au moins 6 mois (ce qui peut aussi être un avantage)

o      Réaffectation des personnels

 

1.2

-       Avantages

o      Equilibres entre les pelotons

-       Inconvénient

o      Inhomogénéité entre peloton 1 et 2 sauf à leur faire faire la même formation et donc être hors cadre de progression de chaque section

o      Déresponsabilisation d’un chef de peloton

 

2

-       Avantage

o      Equilibre entre les peloton

o      Inconvénient

-       Inhomogénéité entre peloton 1 et 2 sauf à leur faire faire la même formation et donc être hors cadre de progression de chaque section

o      Déresponsabilisation d’un chef de peloton

 

 

La solution 1.1 certes parait mois égalitaire, mais la réserve, un escadron de réserve et l’engagement opérationnel n’a pas vocation à être égalitaire.

Cette solution permet de mieux inscrire les parcours de formation et pour chaque chef de peloton de devenir réellement Responsable de la formation de leur peloton, et de mener, seuls et leur main l’instruction de leur peloton, face à l’objectif et à la cohérence définis.

Ils pourront être autre choses que des gestionnaires ou des relais.

 

Le CdU pourra alors ne plus se disperser sur des actions qui ne sont pas de son niveau.

Il pourra organiser les moyens matériels, prévoir les formations de ses personnels, les recevoir et les voir évoluer, contrôler le travail de ses chefs de peloton, et organiser les points de rencontres particuliers que sont les séjours en camps, où il pourra mener des exercices de niveau Escadron.

 

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

 

A partir de cette matrice, et en fonction des besoins en formations, il va pouvoir être établi ert suivi l’utilisation et l’affectation de chaque personnel.

En conclusion, ces quelques réflexions doivent permettre de mieux orienter l’organisation d’un escadron opérationnel, en

-       Rendant responsable chaque chef de peloton de l’instruction de ses personnels

-       En permettant à chaque peloton de s’organiser face à son objectif.

-       En donnant à chaque cavalier un objectif, une durée et ce qu’il va faire dans les 3 ans à venir

-       En arrêtant de se positionner constamment sur une logique d’appel à volontaire, et en permettant de valoriser son engagement

En indiquant les rendez-vous de formation et obligatoire à chacun

 

Ceci devrait permettre de fidéliser les personnels en ne donnant plus l’impression de « je viens quand j’ai envie et comme je le sens, mais quand on a besoin de moi, et je me forme pour remplir l’engagement que j’ai pris »

CROIRE ET OSER

Ce vendredi 18 juin, le général Bigeard a rejoint ses Frères d’Armes, tombés à ses cotés depuis des années.


Depuis toujours pour moi, et pour beaucoup d’entre nous, il est un modèle.

-       Modèle humain, modèle de rectitude.

-       Modèle de sens tactique

-       Modèle de commandement

 

Aussi, et bien que je connaisse par cœur ou presque sa biographie, je suis reparti surfé sur internet, et j’y ai revu le fait, entre autre qu’il a servi au 79 Régiment d’Infanterie de Forteresse. Ainsi j’ai mis mes pas dans les siens…

Mais ce n’est pas cela qui m’a le plus accroché. Ce qui a retenu mon attention, c’est ce qui pourrait être sa devise, qui est celle de Son 6° BPC (Bataillon de Parachutistes Coloniaux):

Croire et Oser

 

Croire et Oser, cette devise aurait, a été la notre pendant des années de Réserve au sein du 2° Régiment du Génie.

En effet, qui aurait pu croire en 1997, lorsque nous arrivions à Metz que 13 ans plus tard, nous engagions de manière régulière en projection intérieure, sans que cela ne pose aucun problème particulier.

-       Qui aurait pu croire que nous ayons un noyau « dur » d »une section composée non d’ex (CCT ou contingents) mais de jeunes.

-       Qui aurait pu croire il y a un an que nous qualifierions nos personnels en IST-C

-       Qui aurait pu croire que nos cadres, nos p’tits gars et filles, comme l’aurait dit le Général Bigeard, prendraient leur part des contraintes et gardes régimentaires

-       Qui aurait pensé que nous soyons la dernière unité opérationnelle du 2° RG

-       Qui aurait pensé à ce chemin parcouru, à la confiance donnée, à l’énergie partagée par tous ceux qui ont participés à l’aventure.

 

Et pourtant, nous l’avons Osé. Oui osé, tous contre parfois des montagnes, contre parfois nos propres réticences, craintes, contre nous même, contre le fait que parfois nous ayons été déçu par tel ou telle réponse, ou annulation, changement de posture, administration tatillonne, ou désinvolture de certains

 

C’est la force de la volonté d’un groupe, en entier qui fait, qui a fait cette réussite.  

Certains sont partis, d’autre nous ont rejoint, mais sans croire en notre action, sans oser faire, alors que parfois, tout semble indiquer que ca va « foirer », nous n’en serions pas là.

Cela part de la volonté du chef, mais cela passe par la compétence et l’engagement de tous, sans exception. 

Mais Oser ne veux pas dire être inconscient, c’est relever ces défis, s’organiser pour y faire face, savoir que ca peut rater, et avoir l’audace de le tenter.


Il reste du chemin à parcourir pour rendre notre réserve totalement opérationnelle, et bien des actions à mener, ou à bouger des administrations.

C’est pour cela que, Croire et Oser me semble une bonne devise pour la Réserve Opérationnelle du 2, et du 3° RH, à venir dans quelques jours.

Pour ne pas s’endormir sur ce qui est réussi, pour se remettre en cause.

IN MEMORIAM

Je ne sais trop quoi écrire au sujet du lieutenant Pierre Jean SIMON. En fouillant dans mes archives, j’ai retrouvé cette photo, elle en dit, me semble-t-il plus que je ne pourrai jamais écrire.

Il s’agit de la photo de l’équipe du 146ème RI au challenge national d’évaluation des cadres de réserve 1995, à Draguignan. Au premier rang, de gauche à droite, le SCH SIMON, le LTN BECKER, le CNE WOLFF (chef d’équipe), le LTN MAZOYER, le SCH VEREL, le SGT X (je ne me souviens plus de son nom, il était aux trans du 146), le SCH WEINACHTER. Croyez moi, une belle aventure et une fameuse équipe !

IN MEMORIAM dans Ceremonies et cohesion scn0001

DISSOLUTION

Mercredi 16 juin, à 18H00, sur la place d’armes de Metz a eu lieu la cérémonie de dissolution du 2ème régiment du Génie. 2ème de l’arme, le régiment a été créé à Metz en 1814, et c’est la garnison dans laquelle il aura stationné le plus longtemps.

Ainsi, Metz aura marqué le 2 de son empreinte lorraine, autant que le régiment aura marqué notre ville de la sienne. Les couleurs de Metz sur l’insigne du régiment, le chardon et la croix de Lorraine, notre devise « Lorraine ma garde » ont marqué l’attachement de nos sapeurs à Metz et sa région.

Le public messin a assisté nombreux à cette cérémonie, applaudissant à plusieurs reprise les sapeurs. La cérémonie était présidée par le GCA LECERF, commandant les forces terrestres, et sa lecture de l’ordre du jour fut un moment extrêmement émouvant, sur cette place d’armes qui a vu passer des générations de nos anciens.

A l’issue du défilé, deux sections sont revenues sur la place en chantant, afin de veiller sur le drapeau alors qu’on le roulait. Moment fort que celui là, et nombreux sont ceux qui ont eu les larmes aux yeux.

Avant le cocktail au régiment, où nous avons pu rencontrer nombre d’anciens du 2, le GCA LECERF nous a fait l’honneur de nous adresser quelques mots qui sont, je crois, allés au coeur de chacun.

Il nous faut maintenant regarder l’avenir avec confiance car les hussards d’Esterhazy nous attendent de pied ferme et comptent sur nous.

CDT(R) BECKER

Lettre à PJ

Salut PJ,

Alors qu’est ce que tu nous fait?  Tu pars au loin, et tu nous plantes là?

Tu as décidé qu’il fallait que tu rejoignes Yvon? et tu nous plantes là, alors que nous sommes en pleine dissolution de ce régiment où tu as tant apporté.

 

Certes, te commander n’a jamais été facile, mais après tout, un chef doit savoir s’adapter à la personnalité de ses subordonnés, et obtenir leur adhésion.

Jean-Yves en son temps l’avait réussi, d’autres aussi. J’espère en avoir été également.

Mais pour un chef quel plaisir de commander quelqu’un qui a une forte personnalité et qui apporte tant de compétence, de volonté et d’énergie., qui savait se faire apprécier et respecter de ses hommes

 

Je me rappelle tant d’anecdotes!

Lorsque tu nous as accueilli à la gare de Limoges par un dimanche de janvier en pleine opération « Storm in Limousin », avec ce brevet et ce tee shirt qui a marqué notre premier engagement opérationnel de réserviste

Lorsque par un soir de novembre, tu as « lourdé » le journaleux » qui comme un morpion voulait s’incruster auprès de ton commandant d’unité ( Luc et moi en rions encore…lorsque nous expliquons aux capitaines comment organiser son PC…)

Lorsque, en plein hiver tu prenais soin de tes hommes qui devaient être dehors en imaginant comment leur donner un peu de confort

Lorsque nous nous sommes rencontrés pour essayer de remettre certaines choses en place du coté d’Ay sur Moselle, et ce petit bistrot

Lorsque tu as pris en compte la sécurité des tirs

Lorsque tu était là dans un coin, discret à l’enterrement d’Yvon

Lorsque tu débattais avec tant d’acharnement lors des réunions de commandement avec ton CdU et tes camarades

Tes hommes et femmes de S1, lorsque tu as rejoint le 40, et leur tristesse.

Lorsqu’ avec le Colonel Bay puis le lieutenant colonel Meyer, nous débattions de ta notation…


Oui mon lieutenant, je pensais que le 16 juin serait la dernière fois que je porterai les insignes du 2° Régiment du Génie, où j’ai eu la chance de t’avoir comme réserviste à mes cotés. Et bien non, tu vas m’obliger à les remettre le 17, pour t’accompagner un peu.

Tu vas retrouver Yvon. Les sapeurs ouvrent la route, toutes les routes.

Un jour nous aussi nous serons à nouveau à vos cotés.

Mon Lieutenant, Lorraine te Garde!

 

Lieutenant-colonel Pascal Bresso

Officier Adjoint Réserve du 2° Régiment du Génie

 

TRISTE NOUVELLE

Nous avons appris aujourd’hui une très triste nouvelle: le lieutenant (R) Pierre Jean SIMON est décédé.

L’enterrement aura lieu jeudi 17 juin à 10 heures en l’église de MANOM.

Le lieutenant SIMON a débuté ses activités de réserve en 1992 au CEPR 57 / CMC METZ, après avoir passé 5 années dans l’armée d’active, en particulier au 19ème RG de Besançon.

Il a ensuite servi successivement au 146ème RI (à la CRI), au 2ème RG à partir de 1998, comme SOA puis chef de section. Il a été affecté au 40ème RT il y a quelques années, sur sa demande.

Nous garderons de lui le souvenir d’un sous-officier, puis d’un officier à la forte personnalité, mais avec un coeur « gros comme ça ».

Nous présentons à son épouse et à ses enfants nos plus sincères condoléances.

ET DE 6 !

Hier, 9 juin, le capitaine Pierre GRAFF a pris le commandement de la 5ème compagnie du 2ème régiment du Génie, devenant ainsi le 6ème commandant d’unité depuis la création de l’unité de réserve en 1997.

Il succède au capitaine Patrick LAY, qui rejoint le BOI (et le club très fermé des anciens CDU) après trois années d’un temps de commandement bien rempli.

La cérémonie fut bien évidemment émouvante, pour les deux capitaines, mais aussi pour les sapeurs de la 5 et pour les anciens. En particulier pour un lieutenant-colonel et un commandant qui ont vu arriver au régiment il y a douze ans un certain sergent-chef GRAFF. Le nouveau CDU a donc connu toutes les facettes de l’UIR, pour laquelle il s’est dépensé sans compter durant toutes ces années. Nul doute qu’il fera encore mieux comme commandant d’unité !

Nous souhaitons un excellent temps de commandement au capitaine GRAFF, qui aura la lourde charge de transformer la compagnie en escadron de hussards d’Esterhazy.

JNR 2010: NOUVELLE PHOTOS

De nouvelles photos ont été mises en ligne dans l’album de la JNR 2010. Voir l’article sur les photos de la JNR.



IL EN VAUT PLUS D’UN

IL EN VAUT PLUS D’UN

LE DEVOIR D’EXCELLENCE

LE DEVOIR D’EXCELLENCE

RESERVE OPERATIONNELLE

RESERVE OPERATIONNELLE

CALENDRIER

juin 2010
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

NOMBRE DE VISITEURS

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

SOUTENONS NOS SOLDATS

SOUTENONS NOS SOLDATS


Le Lensois Normand |
lelampiste |
histgeo4emelaprovidence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sites Web & bilbio
| Histoire-Géographie-Educati...
| jaurailebac